SUCCESS STORY   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Polémique autour d’une statue géante de Thomas Sankara inaugurée

Par Emmanuelle OMONDO - 04/03/2019

Une statue en hommage à Thomas Sankara, l’ex-président du Burkina Faso, a été inauguré samedi 2 mars 2019 à Ouagadougou dans la cadre de la célébration du Festival du cinéma africain, le Fespaco.

La statue a été construite à l’endroit même où le 15 octobre 1987, le père de la révolution burkinabè et ses camarades ont été assassinés. Le « père de la révolution », assassiné lors d’un coup d’Etat après quatre ans au pouvoir en 1987, est devenu une icône du panafricanisme. Il était fortement impliqué dans le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), lui donnant une dimension internationale. Érigée à l’initiative du Comité international du Mémorial au siège du Conseil national de la Révolution, où le Président Sankara a été tué, la statue en bronze mesure cinq mètres de haut. Sur la statue sont également représentés les bustes de trois des douze compagnons tués en même temps que le capitaine Sankara.
    © Droits réservés
    John Rawlings et Roch Marc Christian Kaboré inaugurant la statut de Thomas Sangara
Des centaines de personnes, dont le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, l’ancien chef de l’Etat ghanéen John Rawlings, ainsi que des membres du gouvernement, ont assisté à la cérémonie d’inauguration, suivie d’une procession jusqu’au bâtiment « Burkina » devant lequel le président Thomas Sankara a été tué. M. Kaboré et M. Rawlings ont déposé des gerbes devant ce bâtiment où de grands portraits de Thomas Sankara et de ses douze compagnons ont été accrochés. « Nous avons des émotions sur ce site, mais nous devons capitaliser sur ces émotions pour aller de l’avant. Ceux qui sont tombés ici nous rappellent que nous luttons pour la liberté et la justice », a déclaré John Rawlings, qui était un « grand ami » de Thomas Sankara.
Thomas Sankara, arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État en 1983 après avoir été Premier ministre, a dû faire face à un défi croissant dans le pays en raison de ses choix intransigeants, et sa dénonciation de l’impérialisme et ses liens avec les dirigeants sulfureux de la Libye et du Ghana lui ont valu une forte hostilité extérieure. Une fois la statue révélée, une polémique a commencé à naitre. Surtout sur les réseaux sociaux, une certaine opinion regrette que les traits de Thomas Sankara n’apparaissent pas sur sa statue. L’artiste qui a coordonné sa réalisation, ouvert et humble, a expliqué que la statue géante est faite surtout pour être vue à une certaine distance. “D’abord les délais requis selon la réglementation des marchés publics de l’Etat. On donne un délai de 120 jours pour réaliser 4 monuments. Quand tu ne respectes pas les délais, tu ne rentres pas dans tes fonds. Bonjour les pénalités”, a regretté l’artiste avant d’ajouter qu’en en temps normal, ce monument aurait nécessité au moins un an de travail.
MOTS CLES :  Thomas   Sankara,   Roch   Kaboré,   John   Jerry   Rawlings, 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

La première édition du Festival de la bande dessinée de Ouagadougou 3 au 5 mars 2013
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUFASO.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDF

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé