ECONOMIE  |     BUSINESS  |     SERVICES   |    

Burkina Faso : « L’année 2017 a été une année difficile, mais fructueuse » (Rosine Coulibaly)

Par lefaso.net - 19/01/2018

L’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina (APBEF-Burkina) a organisé ce mercredi 17 janvier 2018, une soirée d’échanges et de partage.

Au cours de cette soirée, les économistes ont présenté leurs vœux au ministre et jeté un regard rétrospectif sur l’année 2017 afin de dresser le bilan et définir des perspectives pour 2018.
« L’année 2017 a été véritablement celle de la relance économique du Burkina Faso », a déclaré d’entrée de jeu le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina (APBEF-Burkina) au cours de la soirée de présentation de vœux au ministre de l’Economie, des finances et du développement ce 17 janvier 2018. Martial Kpakpovi Goeh-Akue en veut pour preuve la croissance projetée de 6,4% et la performance économique classée parmi le top 10 des pays réformateurs de l’Afrique de l’Ouest. Et pour les banquiers et financiers cette croissance est porteuse de perspectives meilleures pour 2018.
    © Droits réservés
Selon le président de l’Apbef-Burkina, cette poussée économique tient de la solidité du secteur bancaire qui constitue un atout face aux défis à relever pour la transformation de l’économie du Burkina et son financement inclusif. « Sans banques solides, il n’y a pas de croissance économique durable », a-t-il martelé. Et d’ajouter que des avancées notables ont été réalisées en 2017 en matière de relation banque-entreprise, d’inclusion financière et de financement du bétail. « Nos banques financent l’habitat social, le crédit à la consommation, respectent la règlementation et sont des acteurs digitaux » a poursuivi Martial Kpakpovi GOEH-AKUE pour qui les banques sont par leurs investissements, leurs innovations, les chefs de file naturels de la filière numérique financière.
Du côté du ministère de l’Economie, des finances et du développement, la ministre Rosine Coulibaly a pour sa part traduit sa reconnaissance aux présidents des institutions financières pour les multiples accords de financement signés en 2017 dans divers secteurs de développement. Pour elle, l’année 2017 a été certes difficile, mais elle a aussi été fructueuse. A l’en croire, la croissance économique enregistrée (6,4% en 2017 contre 5,9% en 2016) témoigne de la bonne gestion que fait le pays des ressources qui lui sont allouées, mais aussi de la confiance des partenaires techniques et financiers au Burkina Faso.
Conscients que la croissance ne se décrète pas et ne s’attend pas, mais plutôt qu’elle se favorise et se provoque, les établissements de crédit regroupés au sein de l’APBEF-B ont saisi l’opportunité pour renouveler leur détermination à rester mobilisés pour la mise en œuvre du PNDES aussi bien en termes de financement qu’en matière de conseils pour un bon montage de dossiers structurants. Et le souhait le plus ardent qu’ont exprimé ces derniers au ministre c’est de voir le rôle des banques reconnu et les choix politiques offrir un environnement pouvant leur permettre déployer tout leur potentiel au service de l’économie du Burkina.
Des préoccupations du monde bancaire ont été également soumis au ministre Rosine Coulibaly/Sory. Ces préoccupations sont relatives au renouvellement des frais de prestation de la régie de direction de la solde, à la déductibilité des créances en souffrance depuis plus de 05 ans conformément à la règlementation communautaire entre autres. L’APBEF-Burkina a par ailleurs souhaité l’institutionnalisation de la rencontre périodique avec la tutelle afin de discuter et recueillir des orientations sur des points clés dont la mise en œuvre pourrait permettre une accélération de l’impact des actions des établissements de crédit sur le financement de l’économie du pays.
Créée le 05 décembre 1967 avec pour objectif de créer et d’entretenir des rapports utiles et réguliers entre ses membres, de veiller à l’unité des règles qui doivent régir ses membres, de procéder à la collecte de données, de servir d’intermédiaire entre les banques et le ministre chargé des Finances, l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina (APBEF-Burkina) compte aujourd’hui 17 membres dont 13 banques et 04 établissements financiers à caractère bancaire.

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

La première édition du Festival de la bande dessinée de Ouagadougou 3 au 5 mars 2013
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUFASO.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDF

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé