DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Point de vue: la crise politique et l’analphabétisme

Par Evariste Zongo - 10/10/2014

L’ignorance et la pauvreté sont de véritables freins au développement, que dire alors de la démocratie?

«L’ignorance des masses est la première force des dirigeants » C’est une Lapalissade de dire que l’alphabétisation favorise la sécurité économique et améliore la santé des individus, qu’elle participe ainsi à l’amélioration de l’espérance de vie des populations et qu’elle enrichit les sociétés en créant un capital humain propice à l’épanouissement de l’identité culturelle, à la tolérance et à la participation citoyenne au développement, à la démocratisation et à son enracinement ! Cependant le Burkina Faso depuis son indépendance traine l’un des taux d’alphabétisation les plus faibles au monde. Ce taux est de 28,7 % selon le recensement général de la population et de l’habitat de 2006. L’analphabétisme limite ainsi le potentiel d’investissement des communautés et fait du Burkina Faso un des pays les moins avancés du monde.
    © lefaso.net
Successivement, le pays a mis en œuvre des politiques de promotion continue de l’éducation non formelle des adultes et des adolescents avec plusieurs stratégies d’alphabétisation, l’’une des dernières est le Programme National d’Accélération de l’Alphabétisation (PRONAA) dont l’objectif principal est de faire passer le taux d’alphabétisation à 60% à l’horizon 2015. Mais force est de reconnaître que les résultats semblent mitiger et cet objectif est déjà compromis à ce jour. Or, dans le contexte actuel de la crise politique que vit le Burkina, l’élévation du taux de scolarisation et celui de l’’alphabétisation aurait permis de juguler toutes les questions en débat en toute objectivité, sans passion. Il est vrai qu’en politique l’objectivité n’est pas un paramètre fixe. Mais pour participer pleinement à la démocratie il faut avoir des repères historiques, culturelles et comprendre son fonctionnement.

Les questions qui méritent d’être posées légitimement sont : est-ce que une bonne partie des burkinabés entendent un vain mot du débat actuel au référendum, de la modification de l’article 37, de la mise en place du sénat ? Si ce ne sont des questions sur la vie chère, d’emplois, et autres. Il semble que pour répondre et participer pleinement à ce débat, il faut comprendre les enjeux de la démocratie que sont l’alternance pour soi et pour la collectivité.

Nous assistons, plutôt, aujourd’hui sur les antennes des radios et télévisions privées comme publique du Burkina, les leaders politiques aussi bien de la majorité que de l’opposition, qui se relaient pour tenter d’expliquer, souvent, dans les langues nationales qu’ils ne maîtrisent pas, ces enjeux à des Burkinabés, dont les préoccupations sont très loin des diatribes constitutionalistes et intellectualistes.

L’ignorance et la pauvreté sont de véritables freins au développement, que dire alors de la démocratie ? Les politiciens savent profiter cyniquement de cette situation pour manipuler et utiliser les masses à dessein.

Il n’y aurait pas eu débats si durant les trois dernières décennies, le Burkina avait réalisé des politiques cohérentes et conséquentes pour atteindre 60% de taux d’alphabétisation et 70 % de scolarisation. Nous assisterions certainement à un autre type de débats. On se rappelle qu’en 4 années, entre 1983 et 1987 le Burkina est passé de 4% à 27% de taux de scolarisation.

L’échec, si l’on accepte qu’on le considère ainsi, des politiques d’éducation, d’instruction, d’alphabétisation et de formation citoyenne plombe le débat sur la crise que traverse le Burkina. Une solution sera certes trouvée, mais il est fort à parier qu’elle soit, malheureusement, violente et remette en cause la maturité du peuple burkinabé. Car, dans le fond, les populations ont la potentialité et les capacités de construire, de choisir leur avenir, mais dans la forme, les conditions d’expression et d’acquisition ne sont pas assez développées : scolarisation, alphabétisation, formation citoyenne.

Evariste Zongo
Journaliste, conseiller en éducation
evazongo@hotmail.com
70239648
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldufaso.com
  • Journaldufaso.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

La première édition du Festival de la bande dessinée de Ouagadougou 3 au 5 mars 2013
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUFASO.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDF

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé