CINéMA ET THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     AUTRES  |    

Sortie discographique: De Batoro proclame «Le temps de l'Afrique»

Par Abel Azonhadé - 26/09/2014

La dédicace de l'œuvre a eu lieu en présence du parrain, André Batiana, directeur général du Centre national des œuvres universitaires de Ouagadougou (CNOU) et maire de la commune de Kyon

Seydou Batoro à l'état civil se faisait appeler Don Sharp de Batoro. Son nom d'artiste désormais est De Batoro. Après son premier album sorti en 2008 et intitulé, «La parenté à plaisanterie dans le Binon», le second en 2011 «L'Afrique vous parle», l'artiste revient avec «Africa téré» qui signifie «Le temps de l'Afrique». La nouvelle signature de l'artiste slameur burkinabè De Batoro. «Il est grand temps que l'Afrique réalise qu'elle est l'épicentre de tous les intérêts mondiaux en ce sens qu'elle est devenue la convoitise de l'occident pour plusieurs raisons: richesse du sous-sol, changement climatique moins critique, chaleur humaine», se justifie l'artiste.
    © burkina24.com
Africa téré est composé de 10 titres chantés en français, bambara et en Lyélé (une langue du Burkina). L'album a connu la participation d'autres artistes tels que l'Ivoirien Soum Bill, V 17 du Burkina Faso. C'est une œuvre hétéroclite, l'artiste ayant surfé sur plusieurs vagues. Néanmoins, le slam reste le maître-mot, tout comme le Binon, rythme musical issu des racines du parolier-chanteur. Il va du ton grave à l'humour, des mélodies simples et gaies à des mélodies complexes et sérieuses. Ce qui fait dire au parrain que « cette œuvre est du nectar ». « Africa téré », le titre éponyme de l'œuvre entièrement arrangée par Kévinson, est le fruit d'un featuring avec Soum Bill enregistré à Ouagadougou.

Le choix de Soum Bill, selon De Batoro, «est le fait que les deux artistes partagent la même vision panafricaine». Comme dit la chanson, «le continent mère est la prochaine destination des flux migratoire». Malgré la pauvreté générale, c'est le continent, selon l'artiste De Batoro, au sous-sol le plus riche. Mais le changement des mentalités qui est en train de s'opérer, laisse présager de lendemains meilleurs. «Alors, que la main habile ne fuit pas, pour qu'ensemble, nous bâtissions notre Afrique», laisse-t-il entendre. C'est donc un album à avoir et à savourer.
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

La première édition du Festival de la bande dessinée de Ouagadougou 3 au 5 mars 2013
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUFASO.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDF

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé