DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Chronique: Ça n’engage que moi

Par Mohamed Dagnoko - 26/02/2014

Le cœur d’IBK, pardon du Mali, bat la chamade. Comment faire plaisir à l’un (Maroc) frustré et aux autres (Algérie, Burkina) dans la gestion de la crise malienne?

En effet, on note, ces temps- ci, le regain d’intérêt du Maroc pour la crise malienne. Une crise, dans laquelle, il veut se positionner comme médiateur. Une place, bien prenable quand on sait que la médiation du médiateur désigné par la CEDEAO, en la personne de Blaise Compaoré, président de la République du Burkina Faso, n’enchante pas trop les nouvelles autorités. Motifs évoqués: Sa trop grande proximité avec les membres du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) qui frise le grand Amour (sic) et pire, l’échec patent des rencontres Ouaga I et II. C’est vrai, Macky Sall, sûrement, avec l’aval des marabouts de Touba, disait, en juillet dernier, que la contribution de Blaise, a été décisive dans le retour à la paix et au processus menant vers l’élection présidentielle du 28 juillet. Si tel est le cas, IBK doit son fauteuil à Blaise. Mais que nenni. La preuve, l’auteur du premier coup d’Etat avec effusion de sang au Burkina, est en passe d’être éjecté du fauteuil à lui attribuer par la CEDEAO et la France encore, et toujours la France.
    © malijet.com
    IBK de mèche avec Rabat?
En bon descendant d’Hassan II, Mohamed VI a flairé le bon coup. Après que le MNLA ait claqué la porte d’une rencontre « exploratoire » entre différents groupes armés du nord du Mali, organisée par le gouvernement algérien, l’éternel gendarme des crises du nord, le roi Mohamed VI s’est empressé de leur ouvrir son Palais. Tombés sous le charme du discours de l’homme ou du luxe du palais ? On n’en saura pas davantage. En tout cas, pas plus que le nègre du groupe Mamadou Djéri Maïga, qui n’a pas été convié à cette réunion de ses maîtres. On le sait, à l’issue de leur rencontre du 31 janvier, Mohamed VI a obtenu de la délégation dirigée par le Secrétaire général du MNLA, Bilal Ag Chérif, la promesse de rester ouvert au dialogue avec Bamako. Le Mnla s’est-il, finalement, détourné de Ouaga ? Ça en a tout l’air.

Avec cette prouesse, le Maroc venait de signaler son intention de jouer les premiers rôles dans la résolution de la crise malienne, au détriment de l’Algérie et du Burkina. Une nouvelle donne qui ne manque pas de soulager le régime en place, qui, en principe, devait ouvrir les négociations après l’élection du président et la formation du gouvernement. Soit dans un délai de 60 jours. Mais, les retournements de veste spectaculaires des groupes armés, malgré les largesses de Bamako, n’ont pas permis l’ouverture de ces discussions inclusives. Et, voilà que le Maroc donne un brin d’espoir.

IBK de mèche avec Rabat?
Ça aussi, ça en a tout l’air. En faisant du roi Mohamed VI l’invité d’honneur de sa cérémonie publique d’investiture au Stade du 26 mars, le 19 septembre dernier, le ton était donné. Autre fait de taille, c’est IBK himself, qui a donné l’ordre au roi Mohamed VI de recevoir la délégation du MNLA, selon le ministre des Affaires étranges pardon Etrangères, Zahabi Ould Sidi Mohamed. La présence des médecins marocains au Mali pour fournir des soins gratuitement aux populations ; l’offre de 500 bourses pour la formation des imams maliens pour un islam tolérant afin de contrer les radicaux…, font partie de l’offensive de charme du Maroc. Une offensive bénit par les autorités.

Adulé par les populations, tenu en estime par les religieux, le Maroc pouvait ainsi s’inviter dans la danse de la résolution de la crise sans trop de vague. Et, comme pour terminer en beauté, le Roi a effectué son deuxième voyage en 06 mois, dans nos murs, et, cela, pendant cinq jours avec sous la main quelques 17 projets de partenariat entre nos deux Etats. Une histoire de milliards, quoi ! Blaise étant préoccupé par la modification de son article 37 pour se maintenir au pouvoir et Bouteflika, en proie à un AVG, le Maroc et son jeune roi peuvent bien s’emparer de la médiation de la crise malienne.

Mohamed Dagnoko
Depuis le CESTI Dakar
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldufaso.com
  • Journaldufaso.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

La première édition du Festival de la bande dessinée de Ouagadougou 3 au 5 mars 2013
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUFASO.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDF

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé